Acies Prima Group

Evolution du secteur électrique marocain

Evolution de la structure de consommation électrique sur la dernière décennie 

Evolution de la demande d’électricité (GWh)

Commentaires

  • L’évolution des indicateurs de consommation électrique au Maroc traduit une croissance économique et sociale accélérée :
    •  développement économique du pays ;
    •  lancement et réalisation de grands projets structurants, de stratégies sectorielles, de chantiers d’infrastructures, etc. ;
    •  amélioration du pouvoir d’achat.
  • L’objectif global des 42% de part des ENR dans la puissance électrique installé prévu à horizon 2020 n’a pas été atteint avec une part du renouvelable de 37%, ce qui s’explique par la non-atteinte des 2.000 MW escomptés par la Stratégie Énergétique Nationale à la fois pour l’éolien (1.404 MW de capacité) et le solaire (691 MW de capacité)

Objectifs de la stratégie énergétique nationale à horizon 2030

Acies Prima Group

Développement des ENR au Maroc

Evolution de la part des ENR dans l’électricité consommée

Evolution de la capacité de production d’ENR

Objectif du nouveau modèle de développement

% des ENR dans la consommation totale d’énergie

2019
11%
2035
40%

Commentaires

  • Douze ans après son lancement, les objectifs de la Stratégie énergétique nationale ne sont pas atteints (part des ENR de 36% uniquement à fin 2020 selon l’ONEE).
  • Toutefois, la part des ENR dans la consommation d’électricité a connu une croissance significative durant la période 2018-2020 à 19,2% en moyenne vs niveau réalisé en 2017 de 13,5%. Cette hausse confirme l’intérêt porté par les industriels aux ENR, notamment dans le cadre de la loi 13.09.
  • Cette hausse de la part des ENR est confirmée par le développement de nouveaux sites de production d’ENR dans le solaire et l’éolien (+730 MW de capacité supplémentaire en 2018 vs 2017).
  • Une proposition a été formulé dans le cadre du nouveau modèle de développement pour la mise en place d’une taxe carbone (TIC) afin de promouvoir la substitution des carburants fossiles par l’énergie à sources renouvelables, de sorte à atteindre un taux d’ENR de 40% dans la consommation d’énergie au Maroc à horizon 2035.
Acies Prima Group

Amendement en cours de la loi 13-09

Principales nouveautés de la loi 40-19

Régime de commercialisation

  • Approvisionnement des gestionnaires des réseaux de distribution auprès des exploitants des installations de production d'énergie électrique à partir de sources d’ENR raccordées au réseau électrique de MT pour la satisfaction de leurs besoins en services auxiliaires (dans la limite de 7% du volume total annuel de l'énergie distribuée).
  • Approvisionnement des gestionnaires des réseaux de distribution qui pourront acquérir jusqu’à 40% de l'énergie totale fournie pour alimenter les clients MT situés dans leurs zones de compétence.

Rachat de l'excédent de production

  • Les modalités et les conditions commerciales de rachat de l'excédent de l'énergie produite à partir de sources d'énergies renouvelables seront désormais fixées par l'ANRE sur proposition du gestionnaire du réseau électrique.

Préservation de la stabilité du réseau

    • Introduction de la notion de « services système », qui vise à faire participer les opérateurs privés aux coûts des services rendus au marché libre (maintient de la fréquence, gestion de l’intermittence, etc.) par le gestionnaire du réseau national de transport.

    Les tarifs relatifs audit service seront fixés par l'ANRE sur proposition du gestionnaire du réseau électrique national.

Expiration de l’autorisation d’exploitation

  • L’exploitant sera désormais tenu de démanteler et de remettre en état à ses frais le site d’exploitation sauf si le propriétaire du terrain souhaite son maintien en l’état.

Commentaires

  • La loi n°40-19 portant réforme de la loi n° 13-09 vise à améliorer le cadre législatif et réglementaire régissant l’activité de réalisation des projets d’ENR par le privé, tout en veillant à la sécurité et la viabilité du réseau électrique national. Cette loi a également pour but d’améliorer la transparence des procédures d’autorisation.
  • La loi exige la publication et l’actualisation de la capacité d’accueil par l’ONEE, approuvée par l’Autorité Nationale de Régulation de l’Electricité (ANRE).
  • Les installations de production d’électricité de sources renouvelables devront désormais être connectées au réseau électrique national dans la limite de la capacité d’accueil.
une

Libéralisation progressive d’un marché conséquent lié au consommateurs de la MT, mais également aux pertes de réseau des gestionnaires de réseaux.

deux

Contribution des opérateurs à la stabilité du réseau par le paiement d’un tarif d’utilisation relatif au service système de 0,12 MAD / KWh.

numero-3

La capacité d’accueil de l’électricité de sources renouvelables dans le réseau national reste intrinsèquement dépendante du nombre de STEP existantes.

Acies Prima Group

Contrainte liée à la capacité d’accueil de l’ENR dans le réseau national

Nouvelles capacités d’ENR prévues à horizon 2030 ²

Services système : prévisions des revenus captés par l’ONEE ²

Commentaires

  • L’intégration de la production électrique des nouveaux entrants est donc tributaire de la mise en service de la STEP Abdelmoumen, dont le début d’exploitation est prévu pour 2023.
  • En tenant compte uniquement des projets de sites éoliens et des parcs solaires actuellement autorisés, et dont le début d’exploitation est prévu entre 2021 et 2023, les prévisions montrent que la capacité d’accueil de la STEP Abdelmoumen sera théoriquement saturée dès 2027.
  • Il parait donc évident que la capacité que génèrera cette nouvelle STEP ne sera pas suffisante pour assurer la gestion de l’intermittence inhérente aux projets qui devraient être autorisés dans les années à venir.
  • Pour lui permettre de financer d’autres STEP, l’ONEE exige une participation des opérateurs d’ENR de l’ordre de 0,12 MAD / KWh transporté. Selon les prévisions, cette mesure génèrera pour l’ONEE des revenus de 5,5 Mds MAD sur la période 2022-2026, qui devraient servir à financer les STEP El Menzel (Sefrou) et Ifahsa (Chefchaouen) de capacités comparable à Abdelmoumen, et dont les mises en service sont respectivement prévues pour 2027 et 2029.
  • Les enveloppes d’investissement envisagées pour la mise en place de ces nouvelles STEP s’élèvent respectivement à 2,6 et 2,9 Mds MAD, soit 5,5 Mds MAD.